Notre sale roman

Notre sale roman

Pour le romancier américain Jonathan Safran Foer, l'apathie qu'inspirent les rapports successifs sur le réchauffement climatique n'a rien de surprenant : cette catastrophe fait tout simplement une très mauvaise histoire. Dans l'essai L'avenir de la planète commence dans notre assiette, à paraître en français le 17 octobre, il écrit : « La crise planétaire - abstraite et complexe comme elle est, lente à se manifester comme elle est, et en manque de porte-paroles iconiques et de moments représentatifs - semble impossible à décrire d'une manière qui soit à la fois fidèle à la vérité et captivante. » L'écrivain tente d'y remédier en procédant par associations, cherchant des parallèles avec la crise actuelle dans des évènements historiques certains de provoquer une émotion viscérale - de la décision de sa grand-mère de quitter la Pologne en 1942, faisant d'elle la seule survivante de l'Holocauste de sa famille, aux petits sacrifices auxquels la population américaine consentit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes