Notre Katrina

Notre Katrina

Depuis 2015, la Grèce est soumise à une pression dont les effets sont désastreux pour toute l'Europe.

j'ai vécu à Athènes ces deux dernières années, sans quoi je serais probablement resté, comme la majorité de mes concitoyens européens, indifférent à la brutalité des politiques déployées par l'Union européenne dans le pays hellénique. Pourtant, si on veut comprendre l'avenir de ce monstre humaniste et bien-pensant qu'est l'Europe, il faut prêter attention à ce qui se passe en Grèce. C'est là qu'à partir de 2015 on a mené, en toute impunité, la première expérience de « répression démocratique » à grande échelle au sein de l'Union.

De la même façon qu'après la guerre froide le Chili servit de laboratoire aux « Chicago boys » pour expérimenter l'implantation du néolibéralisme, la Grèce est aujourd'hui le terrain de jeu de ceux qu'on pourrait nommer les « deutsche Jungs », où l'on teste les modalités d'un second tour de vis du néolibéralisme, dans un contexte géopolitique postcolonial inédit, au sein duquel les limites entre blocs de l'Est et de l'Ouest sont brouillées, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine