Notes de lectures

Notes de lectures

Les carnets d'un commisvoyageur éclairent la vie du livre à l'aube de la Révolution.

Les écrits des Lumières sont le ferment de la Révolution. Outre que cette affirmation tient plus de l'intuition d'après coup que de l'évidence historiographique, comment ces textes sont-ils parvenus à leurs lecteurs ? Pour le savoir, l'historien américain Robert Darnton, spécialiste hors pair de l'imprimé, a visité les circuits du commerce des livres dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. Il a compulsé à cet effet une masse de documents du fonds suisse de la Société typographique de Neuchâtel (STN), libraire-grossiste qui fournissait d'abondance le royaume de France.

Pour nourrir son essai, Robert Darnton a surtout utilisé les carnets d'un commis voyageur, Jean-François Favarger, qui a entrepris pour la STN un « Tour de France » le menant à Pontarlier, Besançon, Poitiers, La Rochelle, Bordeaux, Lyon, Montpellier et Marseille. Celui-ci notait tout et constitua ainsi un « guide » des négociants, classant l'un en « partenaire fiable », l'autre en « aventurier mauvais pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS