Norman Mailer, Le Chant du bourreau

Norman Mailer, Le Chant du bourreau

En 1976, Gary Gilmore, 34 ans, qui a passé les deux tiers de sa vie en prison et vient d'être libéré, est arrêté pour deux meurtres dérisoires et presque gratuits. Condamné à mort dans un pays qui vient de rétablir la peine capitale mais ne l'a pas encore appliquée, Gilmore exige que la logique du système soit menée à son terme (« Toute ma vie j'ai accepté les sentences »). Avec succès : son histoire s'achève le 17 janvier 1977 devant un peloton d'exécution. Il aura fallu trois années d'enquête à Norman Mailer avant de livrer ce récit nu où l'auteur s'efface derrière le scénario hallucinant fourni par la réalité. Car il n'est pas uniquement question du vouloir-mourir de l'accusé, mais aussi de sa passion pour Nicole, avec qui et sans qui il ne peut vivre. « J'ai tué ces deux hommes parce que je ne voulais pas tuer Nicole », résume-t-il. Un livre poignant, abominable, qui remue son lecteur comme peu de romans savent y parvenir. Norman Mailer a déclaré que, si l'intrigue avait été le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes