Norman Mailer

Norman Mailer

Je suis attiré par des sujets où je me sens à l'aise, mais, aussi, dont je ne suis pas très sûr. Dans Le Chant du bourreau , il m'a semblé que je comprenais le désir de Gilmore d'être exécuté. Je me suis dit que, placé dans sa situation, j'aurais eu le même désir. Pour moi, c'est d'une façon très réelle que la mort de l'âme peut survenir avant celle du corps. J'ai donc pensé que je pouvais porter sur cet homme un regard différent des autres. D'un autre côté, je ne savais presque rien sur la prison, rien sur l'Utah, et absolument rien sur les circonstances de la vie de Gilmore. À mes yeux, cela constituait un bon équilibre. Laissez-moi vous présenter les choses autrement : il y a des années, j'étais complètement fasciné par le fait qu'on ne peut jamais être sûr du sens d'une phrase latine jusqu'à la dernière syllabe du dernier mot. Si vous voulez dire, en latin, « je bois le poison de la coupe », vous pouvez adopter la construction de votre choix, par exemple « poi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes