Noire comme neige

Noire comme neige

Il était une fois une jeune princesse à la fois blanche et noire, femme et enfant... Le nouveau roman de Toni Morrison est un conte épuré, où réalisme et magie se nourrissent l'un l'autre.

Le titre français du nouveau roman de Toni Morrison joue de la double acception du mot « délivrance » : libération et fin de l'accouchement. Le pluriel indique qu'il y en a plusieurs, des renaissances, des mises au monde. Ce pourrait être un recueil de nouvelles autour des séquelles de la jeunesse, comment « chacun va s'accrocher à une petite histoire triste de blessure et de chagrin », comment certains la réécriront « à l'infini », comment d'autres la dépasseront. Pour dire cela, Toni Morrison appelle la forme littéraire la plus proche de l'enfance, le conte. Mais pas d'assoupissement une fois le volume refermé : c'est une secousse. Au traditionnel « Ils se marièrent... » se substitue la sentence d'un « C'est ce qu'ils croient ». Les yeux ouverts au-dehors et au-dedans : « Quels que soient nos efforts pour ignorer la vérité, l'esprit la reconnaît toujours et veut de la clarté. » La conteuse ne nous raconte pas d'histoires.

Prix Nobel de littérature en 1993 et prix Pulitzer e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes