Le style bourgois

Le style bourgois

Si l'éditeur a disparu à la fin de 2007, sa maison est plus que jamais vivante. Elle fête aujourd'hui son cinquantième anniversaire.

« Mon catalogue, c'est ma vie », résumait avec « un peu d'emphase » Christian Bourgois. Il y a un siècle, Gaston Gallimard écrivait à sa femme, Yvonne, que les catalogues d'un éditeur « c'est presque aussi beau qu'un indicateur des chemins de fer - on y voyage. On y prend une vue assez juste de l'humanité, de celle qui "pense" » (lettre du 17 janvier 1916). Au fil de son discours de réception du prix Merito Editorial 2007, Christian Bourgois rappelait qu'il avait désiré s'inscrire dans la tradition d'un Michel Lévy ou d'un Gaston Gallimard en s'intéressant aux « littératures autres », les littératures étrangères, qui fondent la réputation de « Christian Bourgois éditeur ».

Fils d'un officier de marine ancien résistant et déporté, le jeune Christian, né en 1933 à Antibes, a dévoré les livres des éditions Gallimard et Julliard et, plus tard, ceux de la collection de Maurice Nadeau, « Les Lettres nouvelles ». Élève doué, il sort de Sciences po deuxième de sa promotion, juste de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes