Noces rosses au Maroc

Noces rosses au Maroc

Courant entre les années 1950 et 2010, une fable sombre combinant tartufferie de la bigamie et racisme envers les Noirs.

Il faut se méfier de la simplicité des contes et de l'apparente naïveté des conteurs. Grand admirateur des Mille et une nuits, dont il a maintes fois célébré le pouvoir subversif et la force critique, Tahar Ben Jelloun renoue dans son roman, Le Mariage de plaisir, avec la tradition orientale de la fable. À travers l'histoire d'une famille atypique, des années 1950 jusqu'à nos jours, l'écrivain dresse le portrait sans complaisance de la société marocaine. Cette société, dans laquelle j'ai grandi et où toute transgression vous condamne à être un paria. Broyé par le groupe, écrasé sous le poids de la norme et des apparences, l'individu y a bien du mal à être libre et, pis encore, à être différent.

Le récit commence dans le Fès des années 1950, alors que le protectorat français vit ses dernières heures. Son personnage central, Amir, est le fassi par excellence : « un bel homme, à la peau blanche, de taille moyenne, grassouillet ». Comme son père et s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes