Nicolas Bouvier

Nicolas Bouvier

Cette vie m'a comblé et j'ai écrit mon premier livre comme une sorte d'action de grâce, sans essayer d'enlever le noir du tableau : le noir est aussi une couleur. Mon père adorait voyager et n'a pu le faire autant qu'il le souhaitait, ayant embrassé une carrière de fonctionnaire. Il a toujours favorisé mes escapades et mes fugues, ma curiosité et, ensuite, mon projet de raconter.

L'exotisme est un leurre. Le voyage en revanche a ses lois et sa philosophie qu'on apprend plus par la plante des pieds que par un exercice d'alacrité intellectuelle. J'ai souvent constaté par exemple qu'une extrême fatigue physique peut conduire à de brefs instants de « clairvoyance ».

Dernier exemple en date : l'ascension avec ma femme d'un volcan mort dans l'île de Cheju au sud de la Corée du Sud. Assez montagnards l'un et l'autre nous nous sommes dit : nous n'allons faire qu'une bouchée de cette montagne molle - nous sommes habitués à des reliefs beaucoup plus vertigineux. En fait, nous av ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes