On n'arrête pas le progrès

On n'arrête pas le progrès

Tout ira bien en 2030 : l'État omnipotent s'occupera au mieux de nous. Une dystopie aussi drôle qu'effrayante.

Beaucoup de romans dystopiques pèchent par défaut d'exagération : leur futur n'est qu'une transposition à peine grossie du présent. Saluons donc le culot d'Ilan Duran Cohen qui, lui, n'y va pas avec le dos de la cuiller. Il imagine dans Le Petit Polémiste la France du début des années 2030, et ça décoiffe. C'est un mélange de régime à la chinoise et de campus américain progressiste : tout est filmé, presque tout est interdit, et les causes progressistes ont gagné. Les cheveux longs sont proscrits afin d'économiser l'eau de lavage. Les pulls en laine aussi, pour ne pas traumatiser les moutons. La plupart des restaurants ne servent plus de viande. Pour emprunter l'avion, il faut une autorisation. Pour boire de l'alcool, un coupon légal.

Côté société, les opérations de conversion sexuelle sont devenues banales ; les grands magasins proposent des listes de cadeaux de transition, comme pour les mariages. L'État veille sur tous grâce à l'intelligence artificielle : il for ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes