Naomi klein : la marque du « radical chic »

Naomi klein : la marque du « radical chic »

L'auteur de No Logo est en tournée mondiale pour promouvoir sa nouvelle charge anticapitaliste, cette fois sur le terrain environnemental. Non sans simplisme ni opportunisme.

Venue à Paris à la fin du mois de mars pour la promotion de son dernier livre, Tout peut changer, Naomi Klein a rempli coup sur coup deux amphithéâtres d'université, d'abord à Tolbiac puis à Saint-Denis. Les deux conférences ont été très vite sold out. Depuis No Logo (Babel, 2002), une dénonciation du règne des marques et de la « marchandisation libérale » du monde parue au début de la décennie 2000, traduite en une vingtaine de langues et vendue à plus d'un million d'exemplaires, la journaliste et essayiste canadienne anglophone, née en 1970 à Montréal, est une star internationale de la contestation. Aux États-Unis, on dit même qu'avec La Stratégie du choc (Babel, 2010), en 2007, elle a remplacé Noam Chomsky dans le rôle de « grande conscience de gauche », et elle apparaît régulièrement dans les listes des « Dix intellectuel(les) qui comptent aujourd'hui » que concoctent les magazines. Une des égéries d'Occupy Wall Street en 2011, elle investit m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine