Nabokov le pédagogue

Nabokov le pédagogue

En mai 1940, Vladimir Nabokov arrive aux Etats-Unis. Dans ses valises, une centaine de cours, environ deux mille pages, consacrés à de grands auteurs. « Cela me permit d'assumer allègrement vingt années universitaires à Cornell », écrira-t-il dans Strong Opinions . Le futur auteur de Lolita enseignera à Stanford, Cornell University et Harvard. Il renoncera à la pédagogie en 1958.

Vladimir Nabokov n'était pas un enseignant comme les autres. Passons sur ses excentricités. Il conçoit son cours comme « une sorte d'enquête policière menée sur le mystère des structures littéraires ». L'intéressent les oeuvres, les oeuvres seules. Inutile de compter sur lui pour mettre le nez dans la vie des grands écrivains, regarder dessus la palissade pour observer « le froufrou des jupes et les gloussements dans les couloirs du temps - et jamais aucun biographe ne soulèvera le voile de ma vie privée ». Ses choix, ses jugements sont purement subjectifs. Il prés ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon