Nécessairement le mal des mâles ?

Nécessairement le mal des mâles ?

Si l'on en croit la doxa psychanalytique, la perversion serait une problématique pour l'essentiel masculine. Un résumé sans doute trop expéditif, notamment si l'on s'intéresse à la question du fétichisme.

Les féministes ont tendance à critiquer la psychanalyse pour ses préjugés misogynes. Celle-ci, pourtant, considère les femmes comme peu enclines à la perversion. Lacan n'a-t-il pas écrit que le sexe mâle est le sexe faible au regard de la perversion ? Voilà qui devrait les réjouir. Hélas ! cela risque bien, encore une fois, d'être une affaire de pénis et de phallus, ces éternelles pommes de discorde.

Avant d'entrer dans une aire aussi controversée, il faut résolument écarter le sens populaire du mot « perversion », trop équivoque et trop souvent confondu avec « perversité ». Ainsi, quand on entend qualifier de « pervers narcissique » tel séducteur dont on a raison de se plaindre, on est loin de la psychanalyse (lire aussi p. 75). De même lorsqu'on nous parle de ces « manipulatrices perverses » qui font le malheur des hommes. La perversion, dans son acception psychanalytique, ne renvoie en effet ni à la morale ni au « mal », selon un préjugé fréquent. En effet, la r ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes