Mythologie blanche

Mythologie blanche

Il manquait au Magazine littéraire une chronique sur les mots. Alain Rey nous fait l'amitié de la tenir.

Le seul moyen de rendre aux mots le culte qu'ils méritent, c'est de les oublier. Alors que les principales langues d'Europe se gargarisent ou se rengorgent en donnant au babil humain le grand nom symbolique de la parabole palabra, parola ..., sinon, avec outrecuidance, celui du commandement divin et du voeu sacré le sanskrit vratam , responsable des vocables germaniques wort et word comme du latin verbum , nos bons ancêtres les Gallo-Romains n'ont rien trouvé de mieux que le nom d'un murmure inarticulé, comme pour effacer les intentions profondes, les glorioles martelées, les solennités sociales et les ordres martiaux divinisés au profit des insignifiants produits de la modeste « voix humaine ». Pour les Grecs, tous les humains qui ignoraient leur langue faisaient brr... brr : c'étaient des Barbares. Pour les Gallo-Romains, tous les hommes sur cette planète, eux-mêmes compris, faisaient mm... mm... Le génial aute ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé