Mutiler Marianne

Mutiler Marianne

L'Arc de Triomphe est une immense chose dressée par le dernier roi des Français pour commémorer les victoires de Napoléon. Mais, en y enterrant le « soldat inconnu » de la Grande Guerre, on l'a transformé en cénotaphe de tous les soldats morts, en quelque sorte, on en a infléchi la destination. S'il y a le Panthéon pour les « grands hommes », il y a l'Arc de Triomphe pour les petits, les anonymes. Et la patrie serait reconnaissante, comme il est dit sur le fronton du Panthéon.

Mais voilà, ses hauts-reliefs datent d'avant l'installation du soldat inconnu, et ils ne disent pas « Plus jamais ça » comme les survivants de 1914-1918. Le Départ des volontaires de 1792, intitulé aussi La Marseillaise, a été commandé à Rude par Adolphe Thiers, le futur boucher de la Commune (tiens tiens...). On y voit des hommes en armes répondre à l'appel de cette guerrière qui les surplombe et se projette derrière son propre glaive. Aucune douceur dans cette bouche, dans ce regard ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon