musique charnelle

musique charnelle

un premier recueil éblouissant de Michèle Finck

L e beau, a dit Baudelaire, est toujours bizarre. Ce que nous ressentons à la découverte d'une voix vraiment nouvelle en poésie, c'est d'abord le trouble que nous cause l'entrée dans un univers sonore et verbal qui ne ressemble à aucun autre. Et c'est bien ce trouble rare qui s'empare de nous à la lecture du premier recueil de poèmes de Michèle Finck. Longuement mûrie on a pu lire des poèmes de Michèle Finck dans les meilleures revues de poésie depuis vingt ans, cette poésie se tient au plus près du mystère du souffle et de la voix. Elle cite parfois Rilke, ne cache pas ses filiations essentielles Trakl, mais elle n'imite rien ni personne, et surtout pas les poètes dont l'auteur, qui enseigne la poétique à Strasbourg, a été la patiente et subtile commentatrice : rien qui rappelle Yves Bonnefoy, par exemple.

Michèle Finck a trouvé sa manière à elle d'affronter le défi du poème : en tendant l'oreille et en saisissant la chance de parenté ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes