Multimédia avant l'heure

Multimédia avant l'heure

Son oeuvre fut d'autant plus lucrative qu'elle cumulait les canaux de diffusion : feuilletons de presse, rééditions modiques préfigurant le livre de poche... Déclinaisons qui furent source de nombreux litiges.

Écrivain le plus lu dans le monde au xixe siècle, immédiatement devant Dickens, Alexandre Dumas père était, par exemple, immédiatement traduit en espagnol par El Corréo de Ultramar, qui, à partir de Paris où il était imprimé dès 1842, expédiait par bateau, vers Cuba, le Brésil, le Chili, le Pérou, le Mexique et la Louisiane, les épisodes des romans que les journaux français offraient à leurs lecteurs. Parfaitement conscient de sa popularité, celui que le feuilletoniste Louis Reybaud avait représenté comme l'inventeur du roman fabriqué à la vapeur selon les principes d'Adam Smith 1 et que raillait Eugène de Miremont dans le pamphlet intitulé Fabrique de romans. Maison Alexandre Dumas et Cie se présenta aux élections législatives de 1848 en revendiquant sa capacité à inonder le monde de ses publications. Estimant, dans sa profession de foi, avoir fait gagner 4 580 000 F aux cabinets de lecture et 2 400 000 F aux libraires soit environ 30 millions d'euros actuels, il déclarait avoir en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes