MONTERROSO DANS L'INFINI

MONTERROSO DANS L'INFINI

éloge de la brièveté

Dans Six Propositions pour le prochain millénaire, Italo Calvino écrit, dans la partie consacrée à la Rapidité, qu'il ne connaît pas de conte très court plus parfait que celui de l'écrivain guatémaltèque Augusto Monterroso. Il s'agit d'un conte extrêmement bref qui dit ceci : « Quand il se réveilla, le dinosaure était encore là. » Grâce à ce commentaire de Calvino, le nom de Monterroso commença à être enfin connu parmi les lecteurs de langue non espagnole. Quant à eux, Calvino et Monterroso, qui ne se connaissaient pas, ils décidèrent de dîner ensemble à Rome. Ils se rendirent au rendez-vous avec leurs épouses respectives. Ils étaient tous les deux de très grands timides. Monterroso m'a raconté un jour, à Barcelone, que, lors de ce dîner, il n'avait pas réussi à échanger un seul mot avec Calvino, leurs femmes trouvant une solution de rechange en parlant entre elles. Pourquoi un tel silence ? Au début du repas, le timide Calvino avait dit à Monterroso : « Je connais le Guatemala. » M ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard