Montaigne joue collectif

Montaigne joue collectif

Souvent considéré comme un pionnier de l'autobiographie,il pense aussi la relation aux autres.

Montaigne, c'est l'homme à tout faire de la littérature française. Antoine Compagnon a proposé de Passer un été avec Montaigne (Équateur, 2013), Pierre Manent l'a mis au service d'une leçon républicaine (Montaigne. La Vie sans loi, Flammarion, 2014) tandis que Sarah Bakewell, dans une magnifique méditation existentielle, s'est demandée Comment vivre ? Une vie de Montaigne en une question et vingt tentatives de réponse (Albin Michel, 2013). L'entreprise de Philippe Desan n'est pas moins ambitieuse et utile.

Éminent spécialiste du philosophe français auquel il a consacré une biographie politique en 2014, l'universitaire et professeur à Columbia fait de Montaigne, avant Rousseau, le grand théoricien de la vie en société. Pour Montaigne, l'homme est libre dans une société coercitive. Aspirant à une liberté illimitée, il doit pourtant « préserver la civilité nécessaire au bon fonctionnement de la collectivité », problématique dont les échos contemporain ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon