Monstre dantesque et héros romantique

Monstre dantesque et héros romantique

Le Prophète a fait frémir d'horreur l'auteur de La Divine Comédie, tiquer Voltaire et se pâmer Hugo et Lamartine.

en dépit d'une superbe poésie de tradition orale dans l'Arabie préislamique, le Coran dit à propos des poètes : « Ce sont les égarés qui les suivent » (XXVI, v. 224-226). Le verset 69 de la sourate Yâ-Sîn affirme qu'Allah n'a pas enseigné à son messager l'art poétique, dont il n'a pas besoin, mais une prédication pour transmettre sa parole aux panthéistes de La Mecque. Et le hadith à propos du grand poète Imrû'l-Qays (VIe siècle apr. J.-C.) ne laisse aucun doute quant à la condamnation des poètes par le Prophète : « Imrû'l-Qays portera très haut la bannière de la poésie en enfer. »

« IMPOSTEUR »

Curieusement, c'est lui et non le poète des Mu'allâqat (Les Suspendues) qui sera placé dans le huitième des neuf cercles de l'enfer par Dante dans La Divine Comédie. Avec son cousin et gendre Ali, il y tiendra compagnie aux luxurieux, aux gourmands et aux hérétiques. Ce sont ces derniers qui le suivent, selon Dante, car il es ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article