Monstre dantesque et héros romantique

Monstre dantesque et héros romantique

Le Prophète a fait frémir d'horreur l'auteur de La Divine Comédie, tiquer Voltaire et se pâmer Hugo et Lamartine.

en dépit d'une superbe poésie de tradition orale dans l'Arabie préislamique, le Coran dit à propos des poètes : « Ce sont les égarés qui les suivent » (XXVI, v. 224-226). Le verset 69 de la sourate Yâ-Sîn affirme qu'Allah n'a pas enseigné à son messager l'art poétique, dont il n'a pas besoin, mais une prédication pour transmettre sa parole aux panthéistes de La Mecque. Et le hadith à propos du grand poète Imrû'l-Qays (VIe siècle apr. J.-C.) ne laisse aucun doute quant à la condamnation des poètes par le Prophète : « Imrû'l-Qays portera très haut la bannière de la poésie en enfer. »

« IMPOSTEUR »

Curieusement, c'est lui et non le poète des Mu'all ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !