Mongrédien, le cercle des poètes retenus

Mongrédien, le cercle des poètes retenus

Entre 1940 et 1945, l'érudit Georges Mongrédien anima une société littéraire dans les camps de prisonniers où il fut détenu. Ses étonnantes archives sont publiées.

Haut fonctionnaire à la ville de Paris, spécialiste de la vie littéraire et théâtrale du xviie siècle, le capitaine Georges Mongrédien est déjà « homme de lettres » quand il est fait prisonnier à Chaource dans l'Aube, le 17 juin 1940. Durant toute la Seconde Guerre mondiale, l'officier est détenu en Allemagne, dans les camps de prisonniers oflags d'Osterode puis de Hoyerswerda. Polygraphe de nature, d'une curiosité intellectuelle débordante, Georges Mongrédien fut pendant ses années de captivité l'âme d'une véritable société littéraire que raconte le dernier livre de la collection « En quête d'archives » des éditions Textuel, grâce aux documents déposés par le fils de l'auteur à l'Institut d'histoire du temps présent du CNRS.

À l'origine de cette publication, joliment intitulée L'Évasion littéraire du capitaine Mongrédien, Yann Potin, qui la coprésente avec Anne-Marie Pathé et Fabien Théofilakis, s'intéresse en archiviste à la miraculeuse conservation du contenu d'une petite ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé