MONGOLIA

MONGOLIA

Ancien ambassadeur en poste à Pékin, le narrateur lit le journal d'un diplomate qu'il a jadis envoyé sur les traces d'un photographe disparu dans la région de l'Altaï, aux confins de la Mongolie. Baptisé « l'Occidental » par ses guides, le diplomate suit lui-même l'itinéraire du journal de voyage abandonné par celui qu'il recherche. Dans ce récit à trois voix où l'intensité n'est pas affaire de véhémence mais d'écriture précise et nuancée, où la noirceur ne confine pas à la lourdeur ni le désarroi au pathétique, la Mongolie campe aux marges du mythe, loin des clichés. Laissant entendre les détresses d'un pays replié sur lui-même, Bernardo Carvalho se fait le miroir d'un monde marqué par la culture nomade, l'immobilisme des coutumes et une violence larvée sans cesse susceptible d'exploser.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes