Moins vite... moins de morts

Moins vite... moins de morts

La limitation de vitesse fait diminuer la mortalité sur les routes. Maintenant il faut penser plus loin.

alors que les partisans du tout-auto se déchaînent contre la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes à double sens, Mathieu Flonneau, historien à la Sorbonne, spécialiste des transports et de la mobilité, explique en quoi cette mesure participe du bien commun, dans un ouvrage collectif paru en 2016, Choc des mobilités (Descartes & Cie). Il ajoute : « Je ne veux pas faire partie de ceux qui s'opposent à cette mesure. Car il est clair que la limitation à 80 km/h va contribuer à faire diminuer la mortalité sur la route. Jusqu'aux années 1970, il y avait une forme de fatalisme face aux accidents. Aujourd'hui nous pensons que nous pouvons changer les choses. Mais je n'oublie pas que la route est indispensable à l'irrigation de la France "périphérique", à son épaisseur. Il ne faut donc pas la ringardiser. S'il s'agit de limiter la vitesse pour ne plus l'entretenir, ça ne marchera pas. Il faut la rendre plus compétitive, plus sûre. Connectée, intelligente, ad ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon