Moby Dick déliquescent

Moby Dick déliquescent

Alors que l'âge d'or de la chasse à la baleine touche à sa fin, le capitaine Brownlee se voit chargé de mener une pêche miraculeuse dans les eaux du Groenland. À bord du Volunteer, Patrick Sumner, chirurgien de bord, fait face à Henry Drax, un harponneur infernal asservi par des pulsions primales. Alors que Moby Dick était un roman de l'élévation et de l'absolu, Dans les eaux du G rand Nord décrit un commerce de mort, imprégné par la puanteur des carcasses. Dans une prose virtuose, Ian McGuire décrit la valse des corps démembrés lors de la révolte des cipayes, le cadavre d'un enfant assassiné dans la cale du navire, la douleur des bêtes, la violence des hommes et l'atmosphère irrespirable du pont. Le chirurgien voudrait croire à l'existence d'une âme, d'un dessein supérieur. Mais ce roman, classé parmi les dix meilleurs livres de l'année 2016 par The New York Times, nous entraîne par-delà le bien et le mal...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes