Mobilisé malgré lui

Mobilisé malgré lui

Proust ne tarde pas à intégrer la Grande Guerre dans La Recherche. Il y décrit toute l'ambivalence de la vie « à l'arrière » et la sienne propre, entre détachement et empathie, lucidité sur la propagande et patriotisme involontaire.

Édifice immense d'un souvenir solitaire, La Recherche offre aussi des réactions souvent déconcertantes à des événements survenus au tournant des siècles, notamment quant à la Grande Guerre. Proust n'a pas attendu l'armistice pour créer un nouvel épisode à la dernière étape du Temps perdu, évoquant « M. de Charlus pendant la guerre : ses opinions, ses plaisirs », mais aussi la mort de Saint-Loup au champ d'honneur, ou encore la destruction de l'église de Combray, désormais déplacé au front. Inscrire une catastrophe imprévue dans une oeuvre concertée, « dogmatique », c'est une décision esthétique et politique qui ne va pas de soi. Et Proust de la justifier dans une lettre de mai 1916 à Gaston Gallimard, en prétextant la nécessité d'un « raccord » avec les conversations stratégiques à Doncières, déjà écrites selon lui avant le conflit, en réalité insérées après coup. Deux sujets à risque sont annoncés : le goût de Charlus pour les militaires et l'analyse des journaux ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes