Milan Kundera, L'Insoutenable Légèreté de l'être

Milan Kundera, L'Insoutenable Légèreté de l'être

Il y croit : la littérature est la seule force d'opposition à l'histoire. Dans L'Insoutenable Légèreté de l'être, Milan Kundera oppose Nietzsche, et son mythe insensé de l'éternel retour, à Héraclite (« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve »), mais aussi Beethoven, qui considérait la pesanteur comme positive, à Parménide, qui choisissait la légèreté. Kundera est depuis toujours du côté de Parménide. Pour lui aussi « le léger est positif, le lourd est négatif ». Deux couples vont servir de révélateurs : Tomas et Tereza, Franz et Sabina.

L'histoire du premier occupe de loin la première place. Ce sont des Tchèques qui vivent à Prague dans le ressac du Printemps. Tomas est chirurgien, il va devenir laveur de carreaux pour avoir stigmatisé en 1968 dans un article « la vérité du stalinisme ». Après l'invasion il persiste et refuse de signer sa rétractation. Il troque le scalpel pour le lave-vitre. Il vivait avec Tereza depuis sept ans. Photographe, elle a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes