MILAN KUNDERA

MILAN KUNDERA

laissons-leur encore une chance - puisqu'ils ont déjà raté André Malraux, Jorge Luis Borges et Philip Roth.

Une dernière chance, une chance franco-praguoise, bohémienne, milanaise, insoutenable, risible...

Oui, oui, je vote pour Milan Kundera !

Je vote pour l'homme dont les romans se moquent de tout.

Du kitsch, du féminisme, du totalitarisme, de l'amour, des colloques, de Goethe, des dérèglements intestinaux.

De tout, sauf de Picasso, de Fellini, de Diderot.

Oui, un Nobel pour Milan !

Ça le fera bien rigoler...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine