Microclimat judiciaire

Microclimat judiciaire

Dans son dernier essai, Judith Rochfeld montre comment les procès climatiques font de bons outils de mobilisations.

les scientifiques le répètent : il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre de moitié d'ici à 2030. L'heure des « petits pas » est passée. « L'accord de Paris a instillé ce paradoxe, explique la juriste Judith Rochfeld, dans Justice pour le climat. Il porte des objectifs tout en ne les imposant pas ; mais il reconnaît que des acteurs autres que les États puissent légitimement se préoccuper du respect de ces affichages. » Il est alors dans l'intérêt de la société civile de se saisir de ces principes généraux devant un tribunal pour les « reterritorialiser » - à l'échelle d'une ville, ou d'un pays - afin de les voir appliqués. Dans l'arène judiciaire, le procès Urgenda fait figure de nouveau modèle. En 2018, cette fondation néerlandaise a réussi à imposer aux Pays-Bas l'objectif d'une baisse de 25 % d'émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020, contre les 20 % prévus initialement. Les arguments cités par Urgenda s'appuyaient sur l'accord de Paris et sur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes