Michaux chorégraphe

Michaux chorégraphe

« Autrefois, la danse était pour moi la pétrification. » Et puis Michaux « se dérouille » en Orient : « [...] je trouvai la danse, tandis que je ne connaissais que l'agitation. » La danse, c'est-à-dire l'habitation des corps, la circulation des secrets, l'influx des idées, le monde et les mythes qui passent sur un front, un doigt, une hanche, par « des mouvements si légers qu'ils en étaient imperceptibles et inanalysables », suggérant pourtant, comme les bruits du silence nocturne, l'humeur du poisson, la force du tigre, l'exploit de la gazelle. Une danse cosmique : « C'est par le mouvement que l'homme voudrait appartenir au monde. » Ce texte de 1938, l'unique de Michaux intitulé « Danse », préfigure le recueil de 1951, Mouvements, où les mouvements s'étalent et se distribuent sur les lignes d'un poème en prose et sur celles de soixante-quatre dessins.

Un ami peintre a offert ce recueil à la Canadienne Marie Chouinard, qui, le lisant, le regardant, a fini par y déco ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes