Michael Tolliver est vivant

Michael Tolliver est vivant

Nombreux sont les lecteurs qui se sont réjouis en apprenant qu'ils allaient retrouver le personnage fétiche des Chroniques de San Francisco. La déception est à la hauteur de l'attente. Si Michael Tolliver est vivant, la verve, l'humour d'Armistead Maupin sont absents de ces pages. Vous cherchez un affrontement entre le monde gay et l'univers fondamentaliste américain ? Lisez plutôt Le Diable et Daniel Silverman de Theodore Roszak éd. Le Cherche Midi. Vous voulez une littérature déjantée ? Mieux vaut se tourner vers Pensée magique d'Augusten Burroughs éd. Héloïse d'Ormesson. C'est triste mais la Californie de Maupin n'est plus libertaire. Elle est sentimentaliste. Un mauvais penchant qui pointait déjà dans deux romans de l'auteur : Une voix dans la nuit et Maybe the moon. Dommage.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes