Mexique, le serpent à plumes

Mexique, le serpent à plumes

Invité cette année du Marché de la poésie, le Mexique demeure un très fertile bastion en ce domaine.

L'Amérique latine en général et le Mexique en particulier entretiennent une relation de proximité avec la parole poétique, même si, comme partout, ce lien tend à faiblir. Depuis les exercices baroques de l'époque coloniale jusqu'aux écritures contemporaines, elle s'est développée avec vigueur, installant une résonance profonde avec la société. La figure du poète, jusqu'à une date récente, accompagnait les événements marquants du pays et les interrogations de tout un peuple. Le Mexique est une terre de mystères et de silences, la poésie sait célébrer cela plus que toute autre expression. La brillante complexité de l'oeuvre de Sor Juana Inés de la Cruz, par exemple, a été un motif de turpitudes pour son auteur, et sa redécouverte, depuis plus de trente ans, a permis de mieux en apprécier la valeur. Après bien des années reléguées dans l'ombre, cette oeuvre est célébrée comme il se doit.

Depuis la fin du XIXe siècle les influences, en particulier celles de la France, ont donné u ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes