Mes hommages les plus sinueux

Mes hommages les plus sinueux

Même dans les salons les plus huppés, comme on dit - étrange épithète, la huppe étant un oiseau d'une saleté proverbiale -, les messieurs ne susurrent plus guère « Mes hommages », en baisant la main d'une dame. Le verbe baiser, d'ailleurs, a étrangement tourné.

Cependant, parmi les mots de la politesse surannée et des valeurs négligées, comme l'honneur ou la vertu, l'hommage résiste vaillamment. Dans le langage politiquement correct, que les politiciens pratiquent tout en le vilipendant, on « rend hommage » à tour de bras. Les célébrations, décorations, compliments et monuments sont autant d'hommages adressés aux personnes ou aux valeurs. Ils sont alors individuels. Curieusement, les hommages collectifs ne vont plus à des êtres admirés, célébrés, portés en triomphe, mais à des victimes.

La façon de parler la plus banale, rendre hommage, et non pas donner, suggère qu'un bon hommage est forcément dû et mérité. Décidément, notre langue est optimiste.

Quoi qu'il en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes