Mers et murs

Mers et murs

La condition des migrants, qui empire dans l'indifférence des pays nantis, a inspiré trois auteurs, acteurs sur le terrain.

Que ce soit aux portes de l'Europe ou à la frontière américano-mexicaine, des migrants tentent de repousser des murs. Selon l'Observatoire international des migrations, près de 17 000 ont péri en Méditerranée depuis 2014. Or, plus leur nombre croît, plus on se détourne de leur sort. Combien meurent sur la route de l'exil ? Combien sont vendus ou portés disparus ? Loin de leur tour d'ivoire, des auteurs s'emparent du sujet. « L'écrivain est un passeur, mais il peut questionner la laideur du monde pour s'acheminer vers sa beauté », nous explique Louis-Philippe Dalembert. Il « sait ce que ça signifie de tout laisser derrière soi, d'arriver sur une terre qui ne vous attend pas » : « Qui devient-on quand on part ? » L'écrivain haïtien a pris le parti de la fiction, car « on parle moins des femmes migrantes ». Son roman Mur Méditerranée retrace les destins de Chochana la Nigériane, Semhar l'Érythréenne et Dima la Syrienne. Tout les oppose, si ce n'est le bateau de l'Eldorado. « J ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard