Merle

Merle

Trois romans aussi différents que possible et pourtant ! Lang avec la voix de Mile, un saisonnier, raconte la destinée de Thérèse, qui fut mince et belle dans les cabarets où elle chantait et n'est plus qu'une grosse dondon lovée dans le passé et dans les bras d'un Lucien aussi maigre qu'elle est débordante. Thérèse a besoin d'un spectateur, Thérèse a besoin des hommes de passage pour être sûre d'exister encore un peu. Jusqu'au désastre, en bordure d'autoroute. Envoûtant à force d'excès. Garat, toujours à mi-chemin de l'image et du verbe, se penche sur Merle, monteuse, qui tente avec sa vie ce qu'elle obtient avec les films, une cohérence. A chaque coup de ciseaux, un bout de pellicule, un moment d'existence. Tantôt triste - tantôt résignée, Merle, mais qui ne se laisserait pas prendre à cette « projection » sur écran des moments plus ou moins sombres d'une trajec-toire ? Avec Jean-Noël Blanc, attaché au roman par nouvelles, Pierre nous est livré par fragments, forts - l'entrevue av ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes