Menaces

Menaces

Amelia Gray, écrivaine et scénariste, situe son récit glaçant dans l'ombre du polar. Menaces s'ouvre sur une mort énigmatique, mais cherche moins la dissipation du mystère que son prolongement. Soupçonné d'être le meurtrier de sa femme, David erre dans sa maison, sonné par le deuil. Sa demeure, d'espace rassurant, se transforme en forteresse assiégée et poreuse : David découvre des inscriptions promettant de l'enfermer « dans une chambre comme la [sienne] jusqu'à ce qu'elle commence à se remplir d'eau ». L'écriture d'Amelia Gray se laisse aussi menacer : son hyperréalisme, comme une maison réconfortante promettant précision et lucidité, se trouve par endroits poussé à un tel paroxysme qu'il rejoint l'hébétude somnambulique de David et confine à l'abstraction. La nature instable de la réalité, voilà la véritable menace.

 

À lire : MenacesAmelia Gray,  traduit de l'anglais (États-Unis) par Théophile Sersiron, éd. de l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé