McCann, allers-retours

McCann, allers-retours

Né à Dublin et vivant à New York, Colum McCann devait forcément écrire un jour sur les rapports entre l'Irlande et les États-Unis. C'est chose faite avec ce roman qui reprend deux techniques récurrentes de son oeuvre récente, la ronde de personnages et le recours à des personnalités historiques. La première partie se compose ainsi de trois chapitres sans rapport entre eux, consacrés chacun à un épisode des échanges irlando-américains : la première traversée de l'Atlantique en avion par John Alcock et Arthur Brown, en 1919, la tournée irlandaise de l'ancien esclave noir Frederick Douglass, en 1845, et les voyages à Belfast du sénateur américain George Mitchell pour promouvoir le processus de paix, en 1998. Ces héros rencontrent dans leurs aventures des personnages de fiction qu'on retrouvera ensuite dans la deuxième partie, elle-même bâtie en quatre chapitres : l'auteur y narre les vies de quatre femmes d'une même dynastie, étalées sur un siècle et demi. Cette multiplication des poin ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard