Maximes à suivre

Maximes à suivre

Dans les dictionnaires Larousse, autrefois, un cahier de pages roses collectionnait les formules proverbiales. Ces formules transitent de texte en texte, investies de sens nouveaux. Jean Salem, spécialiste de philosophie antique, a suivi à la trace cinq maximes dont la destinée a connu d'étonnantes aventures. « Mangeons, buvons, car demain nous mourrons », par exemple : la formule est de saint Paul, mais on la trouve déjà en Égypte et en Grèce. Elle peut être interprétée dans un sens hédoniste ou mystique, religieux ou anticlérical. Salutaire exercice de gymnastique morale et de relativisme historique, le livre de Jean Salem retrouve vie grâce à l'élégante collection « Fonds perdu » où les Éditions Michalon proposent également un essai sur Cioran et un recueil de Mauriac sur Mozart.

Dans les dictionnaires Larousse, autrefois, un cahier de pages roses collectionnait les formules proverbiales Ces formules transitent de texte en texte, inv ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon