Mauvaise fortune

Mauvaise fortune

Les gestes des riches donateurs au lendemain de l'incendie de Notre-Dame de Paris ont surtout renforcé la suspicion qui pèse sur les milliardaires.

S'il est une chose qu'a révélée la polémique autour des dons pour la rénovation de Notre-Dame, c'est la détestation d'une partie de la population pour les riches. Alors que nous n'étions pas sortis de cette émotion patrimoniale, nous trouvions tout de même assez de ressources pour nous indigner de ce que tant d'argent ne serve pas à sauver des âmes plutôt que des pierres. Ce reproche se transforma immédiatement en suspicion : le don de ces milliardaires était obscène car il ne pouvait être sincère. Sans avoir la naïveté de croire qu'il existe des gestes gratuits, la spontanéité de cette indignation dit quelque chose de l'état de détestation dans lequel sont tenus ceux qui possèdent plus que les autres.

Il est bien compréhensible que, dans des systèmes sociaux où l'égalité est une valeur cardinale, la richesse soit conçue par essence comme un vice. Au-delà du mauvais goût qui pousse certains individus à consommer une entrecôte recouverte d'or, la seule possession par quelques ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine