Mauvais rêve

Mauvais rêve

Un gamin solitaire dans une banlieue étouffante. Une poignée d'orphelins et d'enfants perdus. Une liste de « choses inquiétantes », parmi lesquelles les trois petits Metford qui sont partis acheter une glace mais ne sont jamais revenus. Combien de peurs archétypales, d'ogres et de fantômes dans cette Enfance australienne ! Outre l'obsession du mal et de la perte de l'innocence, on y retrouve l'inquiétante étrangeté de Finnigan et moi rééd. J'ai lu. Cette façon qu'a Sonya Hartnett de fondre l'enfance et la folie. Cet art de maquiller un fait divers en cauchemar, par le filtre d'un regard faussement naïf, une écriture incandescente aux airs de comptine d'où peuvent surgir à tout instant de sombres fulgurances poétiques. Monstre marin, cadavre d'oiseau, figures du mal-être et de l'inadéquation - autant d'apparitions qui hantent ce thriller vénéneux, quelque part entre Laura Kasischke et Peter Pan .

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé