Mauriac, tout d'un bloc

Mauriac, tout d'un bloc

En octobre 1968, le tout jeune Magazine littéraire s'entretenait avec l'écrivain,qui publiait alors un nouveau volume de son Bloc-notes. Il loue Sartre, égratigne le genre romanesque et Bernanos, et s'explique sur sa foi et ses positions politiques.

[...] Vous avez écrit que le romancier était « le singe de Dieu ».

François Mauriac. - Oui, je l'ai dit dans une conférence des Annales, et cela a été repris dans Le Romancier et ses personnages. Je ne le pense absolument plus. C'est le reproche que Sartre m'a fait plus tard, de me prendre pour Dieu à l'égard de mes personnages.

Que pensez-vous de Sartre ?

Je vais peut-être vous étonner, mais j'en pense beaucoup de bien. C'est un sujet immense, et je suis moi-même si peu philosophe. Mais j'ai beaucoup d'estime pour le personnage de Sartre, pour son attitude dans la vie. Il avait tous les moyens pour faire ce qu'on appelle une grande carrière littéraire, une grande carrière au théâtre, et il a survolé tout cela. Et même là où je me sens le plus en désaccord avec lui, ou plus exactement là où son problème est le plus éloigné du mien, je suis frappé par sa grande honnêteté. Mais, cela dit, je ne s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil