Mascarade latine

Mascarade latine

Un roman noir dans l'Italie du XVIe siècle, qui brasse meurtres, hommage à la peinture et religion.

Dans ce curieux roman, fictionnel malgré la vraisemblance historique, l'auteur suisse d'origine turque promène son lecteur entre Genève, Rome et Venise. Pour nous guider, Bénédict Hugues, professeur de latin médiéval, lunaire et solitaire, est un grand spécialiste du philosophe antique Boèce. Il découvre par hasard le premier élément d'une histoire vieille de cinq siècles : une lettre manuscrite aux propos énigmatiques qui renvoient au « Carnaval noir », série d'assassinats perpétrés en 1575 et restés inexpliqués. À cette époque, en Italie, l'Église catholique lutte encore contre la Réforme, condamne les découvertes astronomiques coperniciennes mais minimise une étrange prophétie. Un Christ aux douze doigts serait bientôt envoyé du Ciel pour défendre la pensée du Seigneur contre les hérétiques. Le voici justement qui débarque, avec cinq cents ans de retard. Il s'appelle Bartolomeo San Benedetto et entend détruire une religion musulmane envahissante et un pape coupablement moderne et ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS