Mascarade antiraciste

Mascarade antiraciste

« Car nous voulons la Couleur encor,/Pas la Nuance, rien que la couleur !/Oh ! la couleur arme l'aveugle tireur/Qui tue l'infâme débat et l'odieux désaccord ! » Ainsi parlent nos Érinyes contemporaines, qui ont troqué l'art poétique pour l'art polémique. Ironie du sort, c'est Eschyle qui a récemment fait les frais de ce basculement. Le 23 mars dernier, une représentation des Suppliantes a été physiquement empêchée à la Sorbonne par des militants antiracistes accusant la mise en scène de blackface et de « racialisme ». La tragédie a eu lieu. Non pas celle qu'on attendait, mais celle qui constitue, aux yeux d'Albert Camus, le paroxysme du genre : « Le sommet de toutes les tragédies est dans la surdité des héros. » Nous avons assisté, une fois encore, à la mise à mort du dialogue. L'escarmouche a monopolisé le devant de la scène, et les salutaires tentatives de clarification et d'interrogation sur la pièce et ses masques, les anachronismes et les amalgames sont arrivé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine