Mary Shelley. La sorcière électricité

Mary Shelley. La sorcière électricité

Frankenstein ou le Prométhée moderne, premier roman publié par Mary Shelley en 1818, raconte l'engendrement d'une créature que son auteur nomme sa « hideuse progéniture ». Ou plutôt - et cette nuance fonde le génie d'un texte qui demeure, presque deux siècles après sa publication, un « art poétique » -, Frankenstein est indissociablement le récit de l'engendrement présidant à sa propre conception, et le récit de tout engendrement. En inventant, par un « été pluvieux, désagréable », ce double personnage (dont l'histoire n'a retenu qu'un seul nom : celui du créateur, Frankenstein, la créature demeurant à jamais privée de nom), la fille de l'écrivain politique William Godwin et de la théoricienne de la cause des femmes Mary Wollstonecraft, l'épouse du poète Percy Bysshe Shelley et l'amie de lord Byron, brise les chaînes de ces encombrantes tutelles et s'engendre - elle-même - en tant qu'écrivain.

Fille de deux penseurs féministes opposés aux liens du mariage, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Jean Starobinski (© Gallimard)

Jean Starobinski
Hommage à ce grand théoricien de la littérature

Sondage IPSOS