Martyr athée

Martyr athée

Athée et fier de l'être, le philosophe périt en héros sur le bûcher, à Toulouse, en 1619.

Par sa mort et par sa légende, Giulio Cesare Vanini (1585-1619) est l'un de ces rares philosophes dont la vie dépasse l'oeuvre et dont la légende dépasse la vie. Brûlé à Toulouse pour athéisme en 1619, il est souvent comparé à Giordano Bruno, brûlé à Rome en 1600. S'il fut moins audacieux et moins profond que son aîné, Vanini marqua les esprits par son attitude : des blasphèmes cinglants tout au long de sa vie, et un esprit de courage et de défi époustouflant au moment de sa mort. D'où l'intérêt du recueil, beau et intelligent, rassemblé par l'universitaire Boris Donné : d'un texte horrifié à un autre menaçant, on y voit la foule des adversaires de Vanini qui, peignant à l'envi les circonstances de sa mort, contribuent à façonner la statue du grand athée pour ainsi dire au « repoussé ». « Est-il possible que la semence des hommes ait produit un personnage si dépravé ? Non ? Il est plus croyable que c'est une oeuvre de diable que d'homme. »

Toujours plus ambiguës, l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil