Martin Winckler

Martin Winckler

De Vian, je ne cesse de découvrir des délires dont j'ignorais l'existence.

j'ai souvent pensé (et dit) que, jusqu'à tard dans l'âge adulte, je ne lisais que des écrivains anglo-saxons. Que je détestais les Français. Mais, à la réflexion, ce n'est pas vrai. J'en lisais un. Le plus américain de tous : il avait traduit des romans noirs (James Cain, Raymond Chandler) et des romans de science-fiction (Van Vogt et son Monde des non-A) qui m'avaient impressionné.

Il avait signé de faux romans américains (je me souviens des émotions violentes qui m'ont envahi quand j'ai lu J'irai cracher sur vos tombes et Les morts ont tous la même peau ; je me souviens des fous rires qui me secouaient quand je lisais Et on tuera tous les affreux et tout plein de vraies nouvelles (qui c'était, ce mec, qui damait si bien le pion aux Anglo-Saxons sur les courtes distances ?) et des romans d'amour (j'ai pleuré en lisant L'Écume des jours) et des pièces de théâtre dévastatrices (j'ai écarquillé les yeux en lisant L'Équa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes