Martin Suter, aux petits oignons

Martin Suter, aux petits oignons

Existe-t-il une « recette » Martin Suter ? Le titre de son dernier ouvrage, Le Cuisinier, appelait naturellement cette question, soulevée par l'extraordinaire succès rencontré par cet ex-publicitaire vivant entre Zurich, Ibiza et le Guatemala, sans souci des frontières, à l'image de ses livres qui, dès Small World couronné en France par le prix du premier roman étranger 1998, n'ont plus quitté les listes des meilleures ventes dans son pays natal, la Suisse, comme partout dans le monde. Ses romans, que l'on dévore avec un plaisir compulsif, explorent plusieurs milieux - avec un intérêt marqué pour la grande bourgeoisie helvétique, propice aux intrigues d'autant plus vénéneuses que feutrées - et des domaines variés : Alzheimer et sombres histoires de dynastie familiale dans Small World, investigation journalistique et scandale lié à la maladie de Creutzfeldt-Jakob dans Un ami parfait, imposture amoureuse et éthique au sein du petit monde éditorial et littéraire dans Lila, Lila, chauss ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine