Mario Vargas Llosa

Mario Vargas Llosa

Je me suis laissé pousser par ce que j'ambitionnais depuis mon enfance ; écrire un roman d'aventures. Car pour moi La Guerre de la fin du monde est surtout un livre d'aventures où l'on montre le fourmillement d'une société qui est en train de changer radicalement et où la vie atteint une précarité, une nouveauté vraiment extraordinaire. Il s'agit dans ce cas d'une aventure vraiment liée à l'Histoire, la révolte de Canudos, dans le Brésil de la République proclamée en 1889.

Le roman du xixe siècle est extraordinaire par son extrême liberté : il n'y a rien que les romanciers n'osent faire dire ou faire faire à leurs personnages. Par la suite, le roman a perdu cette naïveté, cette innocence. Les romanciers contemporains ont conscience qu'ils ne peuvent pas raconter certaines choses parce qu'elles ne sont pas croyables. À Canudos, l'histoire se passait dans une atmosphère où le merveilleux, l'extraordinaire étaient le quotidien. Mais il ne faut pas donner une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes