Mario Giacomelli

Mario Giacomelli

«J'ai été séduit par leurs longues soutanes, de la même manière que, photographiquement parlant, je le suis par le noir et blanc. » Les prêtres de Giacomelli dansent pour l'éternité et à fonds perdus, en couverture de l'imposante et superbe monographie que lui consacrent, avec bonheur, les éditions Phaidon. A l'acmé de cette série qui rendit enfin célèbre l'oeuvre magnifique de Giacomelli, il y eut la neige qui se mit à virevolter au même rythme que les soutanes, signant le mariage épuré, définitif du noir et blanc. La puissance de la poésie giacomellienne est tout entière dans cette simplicité binaire et brutale. « La photographie, c'est pas compliqué. A condition d'avoir quelque chose à dire. » Giacomelli 1925- 2000 a toujours travaillé par séries, n'a quasiment jamais quitté son village natal d'Italie et ne s'est jamais intéressé qu'aux plus pauvres. Sillons labourés de ses paysages, rides des visages meurtris qu'il aime, mises en scène de ses dernières visions oniriques, ce sont ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé