Marcel Proust à Cabourg-Balbec

Marcel Proust à Cabourg-Balbec

Pour les lecteurs d' À la recherche du temps perdu, Cabourg est à jamais Balbec.

Visite du Grand Hôtel où Proust séjourna pour travailler à son chef-d'oeuvre.

7 juillet 2007 : Cabourg fête le centenaire de son Grand Hôtel. Il y a un siècle, en effet, l'hôtel le plus moderne de la Côte fleurie ascenseur, chauffage, électricité, bar américain, « un véritable palais des Mille et Une Nuits » selon Le Figaro, ouvrait ses portes. Le maire de Cabourg, Charles Bertrand, s'emploie alors à faire de la petite station balnéaire la rivale de Trouville et de Deauville. Mais c'est un jeune homme frileux, engoncé dans sa pelisse de vigogne, qui en fera un lieu mythique : le Balbec de Marcel Proust. Il y viendra de 1907 à 1914, huit séjours qui changeront le cours de sa vie et de son oeuvre, et assureront la notoriété mondiale de la promenade et du Grand Hôtel. Suivre Marcel Proust à Cabourg revient à marcher sur des terres à la fois réelles et imaginaires, à confronter une villégiature de la Belle Époque au domaine enchanté du Temps. Cabourg est à jamais Balbec, pour les lecteurs d' À la recherche du temps perdu,

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon