Malraux-Picasso, recto verso

Malraux-Picasso, recto verso

André Malraux et Pablo Picasso, deux figures éminentes de la seconde moitié du XXe siècle, deux penseurs de l'art qui se sont croisés à plusieurs reprises sans jamais se rencontrer tout à fait, ce que l'on ne peut que regretter : quelles réflexions sur l'art moderne auraient pu jaillir du choc de ces deux intelligences ?

Revenant sur les parcours convergents puis divergents de ces deux figures tutélaires, le journaliste Raphaël Aubert décrit avec précision les quelques rencontres entre les deux artistes et la façon dont ils s'éloignèrent, petit à petit. Des désaccords politiques (Malraux soutenant de Gaulle après la guerre, quand Picasso devenait membre du Parti communiste) agrémentés de quelques maladresses et incompréhensions suffirent à briser l'amitié à peine éclose, et c'est peut-être l'art qui en a le plus souffert. Pourtant, Raphaël Aubert nous rappelle que c'est au peintre malaguène que Malraux consacre l'un de ses derniers livres, La Tête d'obsidienne. Un ho ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes